Les inégalités

EC1. A l'aide de deux exemples montrez l'aspect cumulatif des inégalités économiques et sociales (Liban, 2013, question dérivée).

Remarque : Le principe d'inégalités cumulatives suppose de réfléchir aux effets "boule de neige" ou encore en termes de cercles vicieux des phénomènes.

Diposer d'un capital économique important (CAD de revenus et d'un patrimoine) permet d'accéder aux meilleurs quartiers (où les loyers ou les prix constituent une sérieuse barrière à l'entrée) qui donneront eux-mêmes accès aux meilleures écoles avec de bonnes fréquentations à la fois pour les enfants mais aussi pour les parents. Cela conforte d'une part la réussite scolaire et le capital social tout deux vecteur de réussite professionnelle assurant ainsi aux enfants de CPIS de rester dans la même catégorie sociale de leurs parents (au minimum du mieux placé des deux!). La reproduction sociale joue ainsi pleinement son effet. On le voit par exemple dans le film "Neuilly sa mère" de manière certes de manière comique et caricaturale, où le règne de l'entre-soi domine : Quartier chic constitué d'hotels particuliers, Ecole privée, pères industriel, ambassadeur, haut fonctionnaire, club privé cotoyé entre autres par des sénateurs, ...

De la même façon disposer d'un capital économique au départ, soit par son travail soit par héritage, ouvre de meilleures possibilités. Par exemple cela permet d'être propriétaire de son logement et de ne pas payer de loyer. Cela permet en plus une épargne conséquente qui, investie en biens corporels (titres financiers) ou incorporels (maisons, appartements), génère des revenus supplémentaires renforçant encore le volume du capital.

Remarques additionnelles :

1/Comment éventuellement intégrer les inégalités de genre (homme-femme)?

Du fait de l'inégale répartition des tâches domestiques qui touche davantage les femmes que les hommes, celles-ci peuvent davantage chercher des emplois à temps partiels. De ce fait elles disposeront d'un salaire réduit qui renforcera encore le fait qu'elles s'occupent davantage du foyer plutôt que de payer quelqu'un pour le faire.

Mais cette explication reste un peu "tirée par les cheveux".

2/Concernant le rôle du quartier on pouvait tout aussi bien partir d'enfants habitant en zones sensibles et ne disposant pas de ce fait des "bonnes" relations du bon climat de travail et dont la réussite scolaire étant plus difficile ne font pas de longues études. Cela jouera donc sur leur salaire qui les conduira à habiter dans les quartiers les moins prisés => cercle vicieux.

 

EC1. Vous montrerez qu'il existe des inégalités entre les hommes et les femmes.

Les inégalités entre les hommes et les femmes sont multiples, touchent des aspects économique, sociaux et politiques, et sont généralement à l'avantage des hommes. Rappellons qu'une inégalité est plus qu'une simple différence puisqu'elle renvoie à un espace hiérarchisé entre des individus ou des groupes sociaux liés à des avantages et des désavantages associés aux inégalités initiales. C'est en quelque sorte la société qui transforme les différences en inégalités. Au sujet des inégalités entre les sexes, cela semble corroborer la célèbre citation de Simone de Beauvoir dans le Deuxième sexe  : «  On ne naît pas femme, on le devient  ».

Les inégalités entre les hommes et les femmes sont déjà économiques puisque les femmes gagnent en moyenne 18% de moins que les hommes. Elles sont davantage soumises au travail à temps partiel. Elles sont victimes de ce qu'on appelle le «  plafond de verre  » c'est-à-dire qu'elles accèdent moins facilement aux postes à responsabilité. Elles sont minoritaires au sein des CPIS mais majoritaires à 80% parmi les employés.

Les inégalités économiques se doublent d'inégalités sociales puisque les femmes passent davantage de temps que les hommes à la vie domestique au sens général (tâches domestiques, gestion des enfants, etc.) et sont bien plus souvent parents au foyer et bénéficiaires du congé parental que les hommes. Tous ces facteurs cumulés accroissent leur dépendance vis-à-vis des hommes et renforcent les inégalités. Il n'y a guère qu'en matière d'espérance de vie que les femmes passent devant les hommes et vivent en moyenne 6 ans de plus que les hommes.

En matière politique les lois sur la parité n'ont pas totalement réussi à rétablir l'équilibre entre les hommes et les femmes. Elles sont encore victimes d'une double division du travail. Verticale en étant encore moins élues, même à l'Assemblée nationale où elles ne sont qu'1/3 environ. Horizontale car une fois élue elles accèdent moins aux postes de décisions ou prestigieux. A titre d'exemple il n'y a eu qu'une seule femme premier ministre en France, Edith Cresson, de mai 1991 à avril 1992. Par ailleurs si elles sont largement conseillers régionaux ou municipaux, elles sont nettement moins souvent présidentes de région ou maires.

Remarque  :

Dans le cadre d'une dissertation ou d'une EC3, il faudrait selon le sujet revenir sur les causes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site