EC1. Questions de connaissances

Pourquoi l'analyse en termes de circuit révèle t-elle des oppostions entre courants de pensée économique ?

 

Le circuit économique est une approche qui montre comme les agents économiques sont liés les uns aux autres. Ils vivent en interdépendance. Ainsi les dépenses des uns (les consommateurs) sont les recettes des autres (les entreprises). Si les recettes des entreprises sont importantes, alors le gouvernement récupèrera de la TVA, puis normalement des impôts sur les bénéfices et pourra financer sa politique qui profitera à son tour aux entreprises et aux citoyens-consommateurs.

Le circuit économique met en perspectives 3 moments clefs dans les activités économiques : la production, la dépense (la consommation) et la distribution de revenu. A l’extrême on peut identifier une relation essentielle entre production et consommation, les 2 s’appelant l’une l’autre. Pas de production sans consommation et pas de consommation sans production (et donc distribution de revenus). Et c’est à cette occasion que se joue l’opposition entre les courants de pensée en économie. 2 courants principaux s’affrontent alors.

Pour les économistes d’inspiration libérale, c’est la production qui est déterminante et donc la liberté accordée aux chefs d’entreprise de produire et de s’enrichir. C’est par la production que se crée l’ensemble des revenus de l’économie (salaires, dividendes, impôts redistribués, etc.). Donc pas de consommation sans production préalable ou d’intention de produire. On parle d’approche libérale car tout ce qui empêche la production est néfaste à l’économie : trop d’impôt, trop de contraintes, etc., bref tout ce qui relève de l’intervention de l’Etat.

A l’inverse le courant d’inspiration keynésienne (référence à l’économiste anglais J. M. Keynes, 1883-1946) considère qu’il faut favoriser la consommation et la dépense pour favoriser la production puisqu’elles constituent les débouchés des entreprises. Les chefs d’entreprise eux-mêmes ne produiraient rien s’ils n’anticipaient pas une demande pour leurs produits. L’Etat peut donc intervenir parfois pour relancer la consommation en augmentant le pouvoir d’achat dans l’économie (embauche de fonctionnaires, commandes aux entreprises pour construire des ponts, des routes, des hôpitaux, etc.). C’est pour cette raison que Keynes prétendra que les économistes libéraux défendent la loi des débouchés selon laquelle, selon lui, « l’offre crée sa propre demande ». Or il conteste un tel principe, les individus pouvant par exemple conserver de l’argent et ne pas le dépenser, ni l’épargner. Cela constitue alors une « fuite » dans le circuit économique que les auteurs libéraux négligent.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×