Ouverture internationale et croissance

L’ouverture internationale et la spécialisation conduisent-elles au développement ?

 

Analyse du sujet. Le sujet évoque à la fois l’ouverture et la spécialisation, c’est-à-dire l’insertion dans les échanges mondiaux et le développement. Concernant le développement il ne faudra pas oublier les PED et la distinction entre NPI et PMA. Par ailleurs il faudra prendre garde à distinguer croissance et développement quitte à faire l’hypothèse que la croissance et une condition nécessaire au développement. Ainsi on évite de reprendre le débat sur la croissance comme condition non nécessaire voir néfaste du développement. La problématique doit tourner autour d’une démarche classique : « si l’ouverture peut constituer une source de développement, ce n’est pas toujours le cas ». Le problème du sujet va essentiellement consister à intégrer de manière pertinente » les apports théoriques. Bien souvent dans les copies les auteurs sont amenés sans logique. Le pire c’est la thèse protectionniste. Par exemple dire qu’un protectionnisme généralise est dangereux est un argument en faveur du libre-échange. Questions à poser : l’ouverture ne renforce-t-elle pas les inégalités initiales entre pays ? N’y a-t-il pas moyen pour les PED de construire leurs avantages et de s’insérer efficacement dans le commerce mondial ? Les périodes de protectionnisme n’ont-elles coïncidés avec les périodes de dépression économique mondiale ?

 

L’ouverture comme condition du développement.

L’ouverture comme condition insuffisante du développement voir comme condition néfaste.

I) Les pays peuvent profiter de leurs avantages comparatifs.

A) C’est la thèse classiquement défendue par Ricardo et reprise par HOS.

B) L’illustration des PDEM et des NPI.

La GB s’est développé au 19ème siècle autour de l’ouverture internationale (importations de produits agricoles et exportations de produits manufacturés), égalisation du prix relatifs des facteurs. Plus récemment l’exemple des NPI. On remarquera d’ailleurs que l’IDH des pays du Sud-Est asiatique est relativement important.

II) Des économies d’échelle (logique des avantages construits) à l’utilisation adroite des surplus d’exportation.

A) Les avantages construits ; création d’un marché interne, Doc. 2.

B) La stratégie gagnante de promotions des exportations et de remontée de filière. C’est notamment le cas de la Corée qui a d’abord utilisée sa main-d’œuvre bon marché pour produire et exporter des biens de consommation courante et qui a ensuite développé le secteur des biens d’équipement et de technologie.

Transition. L’ouverture profite-t-elle toutefois à tous les pays ? Le document 2 montre que l’insertion doit être « contrôlée » mais comment contrôler « son » insertion ? 

I) Condition insuffisante car suppose d’autres conditions préalables.

A) Un protectionnisme éducateur Exemple des NPIA.

B) Des institutions préalables et l’absence de pandémie comme le paludisme.

II) L’ouverture même favorable a un prix et peut même s’avérer néfaste.

A) Une mauvaise spécialisation : substitution d’importations ou industries industrialisantes, privilégiement de la culture d’exportation au détriment de l’agriculture vivrière.   

B) Les inégalités demeurent entre PED. Dégradation des termes de l’échange, marginalisation de l’Afrique. Doc. 1. De plus l’arrivée continuelle de nouveaux concurrents, par exemple les « nouveaux » NPI (les NNPI) comme la Malaisie ou l’Indonésie, et maintenant la Chine et l’Inde, précarise les avantages des « anciens » NPI.

C) Les théories de l’exploitation des PED : échange inégal,  rapports asymétriques centre/périphérie, impérialisme comme stade suprême du capitalisme.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×