La loi sur la parité et ses limites

Après avoir rappelé les raisons justifiant la loi sur la parité politique, vous en montrerez les limites.

 

Rappels sur la QSTP, valable aussi pour la dissertation ( !).

=> Posez dans l’introduction des questions différentes que celles reprenant (sous forme de questions) l’énoncé. Par exemple éviter : « Quelles sont les raisons justifiant la parité ? Quelles sont les limites à cette loi ? ».

=> Bien utiliser les documents, notamment lorsqu’il y a des chiffres, dans la QS.

=> N’oubliez pas non plus les introductions partielles en 1 lignes ou 2 et surtout la transition entre les deux parties.

=> Bien revenir à la ligne à chaque changement d’argument et/ou de sous-partie.

 

Travail préparatoire :

Question 1. Ne confondez plus taux de croissance (TC) et coefficient multiplicateur (CM). Certes ce sont des variations relatives (très proches ; on peut passer facilement de l’un à l’autre) mais on ne fait pas les mêmes phrases avec chacun d’eux.

CM : une valeur a été multipliée par x entre deux dates.

TC : une valeur a augmenté de y% entre deux dates.

Les femmes conseillères ont été multipliés par 4 environ entre 1970 et 1999 (32/8). Il ne faut pas écrire : « ont augmenté de 4% », qui est une référence au taux de croissance.  

Exercice 3. Le plus intéressant car constitue une critique générale de la discrimination positive. 3 grandes critiques : 1) Elle démoralise ceux qu’elle est censée favoriser puisqu’elle se fonde sur une infériorité supposée. Ceux qui profitent des avantages finissent par douter d’eux-mêmes, 2) Elle entretient une culture de la victimisation, c’est-à-dire qu’elle incite les individus à se complaire dans leur malheur. A la rigueur elle crée une mentalité d’assistés, 3) Elle ne fait pas disparaître les clivages entre groupes (noirs/blancs, hommes/femmes). En effet ceux qui en profitent ne méritent pas réellement leur position tandis que ceux qui n’en ont pas profité peuvent se considérer comme supérieur. Il faudrait créer un système où chacun mérite sa place. Mais est-ce seulement possible ?

 

Question de synthèse.

=> Ne pas utiliser de manière centrale les inégalités autres que celles liées à la politique (ex. inégalités de salaires). S’en servir pour montrer par exemple que les mœurs évoluent peu et qu’une loi en matière politique peut donner l’exemple. Toutefois change-t-on, les mœurs avec une loi ? (Référence à Montesquieu qui pensait que non).

=> Pensez à définir en introduction ou dans le développement la notion de discrimination positive qui est centrale.

I/Les raisons de la parité

II/Les limites

A)     Une inégalité de représentativité …

En France, comparaisons internationales

B)     … contredisant la course à l’Egalité (référence à Tocqueville).

Rappelez l’histoire du combat des femmes en politique notamment.

A) La discrimination positive crée d’autres inégalités et ne restaure pas le statut de ceux à qui elle accorde des avantages.

B) Peut-on forcer et changer les citoyens ?

Type de scrutin, relation loi/habitudes machistes.

La parité semble être une mauvaise réponse à une bonne question. Les inégalités permanentes de représentativité sont de toute évidente injustes et inutiles. Après avoir acquis le droit de vote, les femmes peuvent se sentir aujourd’hui flouées. Qu’est-ce en effet qu’une Egalité de droit qui ne se traduit pas dans les faits ? Toutefois la parité ne règle pas le problème, elle semble plutôt le déplacer. La preuve : les partis politique préfèrent payer des amendes que respecter la règle paritaire. Faut-il alors plus de sévérité ? N’est-ce pas notre modèle républicain, égalitaire, laïc, qu’il faut revisiter ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×