Coût du travail et emploi

QSTP. Après avoir montré que la baisse du coût du travail peut réduire le chômage, vous montrerez les limites de cette mesure.

 

Ne pas oublier que :

-        Coût du travail = ensemble des dépenses directes et indirectes d’utilisation du facteur travail (salaire net, cotisations avoir sociales patronales et salariales, coûts du licenciement, protection des travailleurs).

-        les charges sociales permettent de financer l'essentiel de la protection sociale en France. Donc baisser les cotisations, c'est compromettre le financement régulier de la Sécurité sociale.

-        Salaire net = Salaire brut – Cotisation sociales (à la charge de l'employé et de l'employeur).

 

PIEGE : Limiter la baisse du coût du travail à la seule baisse des charges sociales comme le suggérait le DOC2 !

 

 

TRAVAIL PREPARATOIRE

 

RAPPEL METHODOLOGIQUE : Lecture des indices.

 

Extrait du document :

 

 

France

Allemagne

Espagne

Pologne

Coût du travail horaire d’un ouvrier dans l’industrie, en 2004

100

137,4

75,6

20

Taux de chômage en 2004 (en %)

9

10,4

8,5

13,8

 

Il s’agit ici de comparer pays à pays pour une année donnée en prenant la France comme référence mais on ne sait rien de la vraie valeur du coût unitaire. Or trop de copies évoquent pour l’Espagne par exemple un coût horaire à 75,5 € !

 

1/ Un ouvrier de l’industrie coûte 24,4% moins cher à l’heure en Espagne qu’en France.

 

2/ Alors que le cout du travail d’un ouvrier de l’industrie est 7 fois moins important en Pologne qu’en Allemagne, le taux de chômage allemand reste inférieur de plus de 3 points à celui de la Pologne. On en déduit qu’un coût moindre du travail n’est pas un gage de moindre chômage. On peut l’expliquer ici par le niveau industriel relatif des 2 pays. L’Allemagne a une économie développée qui a misé en grande partie sur la compétitivité-hors prix compatible avec des coûts salariaux plus élevés. La Pologne est un ex-pays socialiste qui a plutôt misé sur la faiblesse des coûts salariaux et sans doute aussi du niveau de vie.  

 

3/ Baisse des cotisations sociales => Moindre coût du travail => Possibilité de baisser le prix de vente => Meilleure compétitivité-prix => Hausse des ventes si élasticité-prix suffisamment importante => Hausse de la production => Embauches.

Baisse des charges => Privilégier les hommes plutôt que les machines si les facteurs de production sont substituables, d’où embauches.

 

SYNTHESE

ACCROCHE. Partir de la TVA sociale, toujours d’actualité.

Alors que le gouvernement voudrait mettre en place une « TVA sociale », on peut se demander si une telle mesure ne va pas compromettre la consommation des ménages et donc la reprise économique.

Le principe de la TVA sociale en effet, peu importe comment on l’appelle, consiste à transférer une partie des charges salariales en l’occurrence les cotisations sociales, sous forme de TVA. Ainsi le travail reviendrait moins cher pour les entreprises. Le coût du travail comporte en effet l’ensemble des dépenses directes et indirectes d’utilisation du facteur travail (salaire net, cotisations avoir sociales patronales et salariales, coûts du licenciement, protection des travailleurs). Etc.

 

I – Si la baisse du coût du travail peut réduire le chômage ...


A) Une optique néo-classique standard ...

 

-        La restauration du taux de marge est un préalable à la restauration de la rentabilité et donc de l'emploi. Rappelons-nous cette maxime du chancelier Schmidt : "Les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain".

 

Se rapeller de la  formule :

Taux de rentabilité économique = Taux de marge x Productivité du capital.

 

Il faut donc donc privilégier le partage de la VA en faveur des enteprise CAD en diminuant le coût du travail, ce qui permettra de réduire la part des salaire et d'augmenter celle des profits.

 

-        La baisse du coût du travail est le seul moyen de ramener la productivité du travail des moins qualifiés à leur coût et donc de pouvoir les embaucher. En effet on suppose que les – qualifiés ont une plus faible productivité (en terme de création de valeur) et que les entreprises ne peuvent payer quelqu'un plus quye ce qu'il ne rapporte.

 

B) ... se traduisant de différentes manières ...

 

-        Baisse des salaires et pourquoi pas suppression du SMIC permettant d'arriver au salaire d'équilibre. Mais politique largement discréditée de nos jours.

-        Contrats aidés comme contrats jeunes.

-        Désindexation des salaires sur les prix comme en 1983 afin de restaurer le taux de marge des enteprises.

-        Baisse des charges sociales en particulier sur les bas salaires comme entamées dans années 90.

-        Déréglementer le marché du travail afin de rendre les embauches et les licenciements plus faciles. Revient à lutter contre le chômage structurel. Cela passe éventuellement par une remise en cause des syndicats qui alourdissent le coût du travail.

 

C) ... pour plusieurs cerles vertueux conditionnels. 

 

DOC 2  

 

ARGUMENT 1 : La baisse du coût du travail, à travers la baisse des cotisations sociales, permet de réduire le prix de vente ce qui favorise la compétitivité-prix. Bien sûr cela ne concerne pas toutes les entreprises et n’est favorable qu’en cas d’élasticité-prix élevée. Si le prix n’a pas d’influence sur les dépenses des consommateurs alors la baisse des charges n’est pas efficace. Toutefois on peut penser qu’il n’est pas inutile d’encourager la compétitivité-prix, de nombreux exportateurs se plaignant par exemple lorsque la parité de l’euro s’accroît par rapport au dollar. En tout cas l’augmentation de la compétitivité-prix favorise les ventes sur le marché national ou international, ce qui est favorable à la production et au final à l’emploi.

 

ARGUMENT2 : La baisse des charges et donc du cout relatif du travail n’a un effet favorable sur l’emploi que si les facteurs de production sont substituables, CAD si l’entreprise peut remplacer des machines par des hommes.  

 

(Il est possible ici de faire du B) et du C) une même sous-partie).

 

Transition. Nous venons de voir que la baisse des charges sociales constituait une politique possible de réduction du coût du travail. Toutefois, cela ne va-t-il pas amener à privatiser la Sécurité sociale? N'est-ce pas alors plus largement la baisse du coût du travail qu'il faut remettre en question ?

 

II - ... de nombreuses limites subsistent.

 

A) Des effets pervers ...

 

-        Moins de cotisations signifie moins de prestations. Aussi l'Etat doit-il, à déficit constant, compenser l'écart par de nouveaux impôts ou en diminuant ses dépenses. C'est typiquement ce que  l'on observe ces derniers temps, de surcroît en période de crise annoncée. Ainsi l'idée de TVA sociale correspond bien à un transfert de richesse des consommateurs vers les entreprises. On allège les charges sociales et donc le coût du travail d'un côté mais on augmente la TVA de l'autre. Or

-        Effet d'aubaine : Profiter d'une mesure alors que le choix était déjà fait CAD avoir fait le projet d'embaucher et profiter d'un allègement de charges par exemple, qui vient en fait en bonus.

-        Redéploiement incertain : Rien ne dit que les employeurs utiliseront la baisse du coût du travail, des charges par exemple, pour baisser les prix ou embaucher d'avantage, à moins de les contraindre à la faire.

-        La baisse des salaires décourage les salariés et joue négativement sur leur productivité (approche par le salaire d'efficience). N'oublions pas d'ailleurs que le chômage peut être une "bonne" chose car il discipline les actifs en place. Marx le constatait aussi avec l'idée d'armée industrielle de réserve" CAD demandeurs d'emplois qui permettent le maintien d'un niveau de salaire bas.

-        La baisse des charges sociales sur les bas salaires entamée dans les années 90 a permis une remontée de la part du travail non qualifié mais au détriment de la productivité globale. Aussi faut-il miser plutôt sur la formation des salariés et l’innovation.

 

B) ... et de nombreuses limites.

 

-        Pas de corrélation précise : DOC. 1.

-        Selon l'approche keynésienne réduire les salaires déprime encore plus l'activité économique car conduit les ménages à moins consommer. C'est l'équilibre de sous-emploi. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×