Comment le salariat a-t-il évolué depuis les années 80?

 

PIEGE A EVITER : Plan du type : I – La caractérisation des organisations du travail, II – Les années 80.

Il faut intégrer les organisation du travail dans le cadre des évolution des années 80 et évoquer le taylorisme et la double division du travail en montrant qu'il y a une remise en cause dans les années 80 et que cela remet effectivement en cause le rapport salarial caractéristique des 30 Glorieuses. Alors on comprend pourquoi il faut se référer à ce qui existait AVANT les années 80 mais surtout ne pas en faire une partie à part entière, ce qui confine au hors sujet. Pour évoquer l'effritement de la norme salariale, l’individualisation de la gestion des ressources humaines propres aux années 80 et qui se poursuit aujourd'hui il faut bien évoquer la normes des 30 Glorieuses. Pour bien ancrer la réflexion dans les années 80 il était bon aussi d'évoquer le renouveau des idées libérales justifiant la flexibilité et la critique de l'intervention de l'Etat et des rigidités qu'elle est censée occasionner sur le marché du travail.

 

ACCROCHE. Partir du projet de notation des enseignants par le chef d'établissement suggérant la valorisation d'un savoir-être (adhésion au projet d'établissement) plutôt que d'un savoir (transmission du savoir à travers la maîtrise d'une discipline) car cela débouche logiquement sur le sujet à travers la valorisation depuis quelques temps des compétences à côté (en substitut?) des qualifications caractérisant le nouveau management des ressources humaines.

 

I/Une recomposition du travail ...

A/Des progrès évidents ...

RTT prolongeant la baisse tendencielle du temps de travail CAD la baisse du temps de travail depuis le XIXè siècle.

DOC3 : Atténuation de la division verticale du travail => Tout le vocabulaire autour des NFOT : lean-production, groupes semi-autonomes, racourcissement des lignes hiérarchiques, ...

Toutefois pour quel objectif?

 

B/... pour finalement retrouver un taylorisme larvé (néo-taylorisme) ?

DOC6 : De nouvelles méthodes conduisant à un productivisme réactif digne du taylorisme. Les désordres du travail : accidents du travail qui ne disparaissent pas, nouvelles maladies = troubles musculo-squelettiques, recul de la jachère humaine, ...

=> La soumission au marché, au client a remplacé la soumission à la hiérarchie.

DOC5 : Plus de flexibilité.

+ la standardisation de type fordiste qui ne disparaît pas totalement, outre l'exemple du Big Mac, il faut aussi évoquer les modules standards au sein de produits différenciés par la couleur, la configuration, selon les marques, ex. Ce qui changera d'un ordinateur à l'autre c'est la couleur, la présentation, et c'est tout! Le système d'options pour les voitures joue le même rôle : quelques choix pour se différencier mais une armature globale parfaitement standardisée.

 

II/... et de l'emploi.

A/Un marché du travail déstabilisé.

DOC4 : Dualisation du marché du travail : marché protégé et marché concurrentiel.

DOC5 : La pesanteur du chômage de masse depuis les années 80 suite au ralentissement de la croissance dans années 70.

=> Evoquer aussi l'épanouissement d'un capitalisme actionnarial favorisant la création de valeur pour l'actionnaire au détriment d'un capitalisme managérial davantage centré sur le chiffre d'affaire et l'investissement (donc l'emploi). Le travail apparaît alors comme une variable d'ajustement.

Cela ne va-t-il pas bouleverser la norme d'emploi?

 

B/Une transformation de la norme d’emploi.

DOC1 : L'évolution de la norme d'emploi chez les jeunes.

DOC2 : Individualisation des salaires.

A relier au renouveau des idées libérales (pensons à la fameuse règle des 3 "D" qui comprend quand même la dérégulation) où toute intervention de l'Etat est vécue comme une source de rigidité néfaste à l'équilibre. Aboutit aussi à remettre en cause l'intégration sociale par le travail dans la mesure où la fragilisation du n'est pas un hasard si le phénomène des woorking poors apparaît avec les années Reagan aux USA dans les an. 80 (cf. Film A la recherche du bonheur avec Will Smith).

 

Avec les années 80 se mettent en place les conditions d'une fragilisation de la norme salariale fordiste issue des "Trente Glorieuses". Certes des formes plus modernes d'organisation du travail font leur apparition visant à rompre avec la double division du travail : travail en équipes autonomes, polyvalence, responsabilisation des salariés, etc. Mais derrière ces progrès se cachent aussi des points noirs : accidents du tavail, troubles lusculo-qualettiques, stress. Les exigences proclamées de la concurrence internationale ont aussi aboutis à assouplir les formes du travail et de l'emploi avec davantage de souplesse contractuelle pour les entreprises (recours à l'interim, aux CDD), une modération salariale rompant avec les 30 Glorieuses avec par exemple la fin de l'indexation des salaires sur les prix, valorisation du s avoir-être plutôt que du savoir-faire, etc. On voit donc que la trajectoire actuelle du salariat semble bien résulter des évolutions entamées durant les années 80 et qui ne sont pas vraiment prêts d'être remis en cause.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×