L'épreuve composée

Les èlèves doivent comprendre que chaque partie de l'épreuve composée évalue une compétence exclusive. Ainsi il ne sert à rien d'analyser CAD d'expliquer les mécanismes sous-jacents aux données statistiques dans l'étude de document (EC2). Il ne sert à rien non plus de problématiser le sujet dans le raisonnement argumenté (EC3).   

Première partie : Mobilisation des connaissances.

/6POINTS

 

 

"il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles dans le cadre du programme de l'enseignement obligatoire".

 

 

 

Cette première partie de l'épreuve, sans document, est composée de deux questions, notées chacune sur 3 points, portant sur des champs différents du programme (science économique ; sociologie ; regards croisés).

 

 

 

Les deux questions sont choisies de façon à induire des réponses précises et claires mobilisant les notions et les mécanismes de base du programme.

 

 

Comment répondre?

Toujours intégrer, de préférence subtilement, la définition du ou des termes clefs dans la réponse.

Exemple de question : Comment les enfants sont-ils socialisés?

La socialisation, que l'on peut définir comme  l'apprentissage des normes et des valeurs nécessaires à la vie en société, n'est pas un processus uniforme. Déjà part elle concerne plusieurs instances comme la famille, l'école, les médias. Ensuite elle peut prendre  différentes formes, allant de l'imitation à l'inculcation.

Puis on développe sa réponse.

Deuxième partie : Etude d'un document.

/4POINTS

 

 

"il est demandé au candidat de répondre à la question en adoptant une démarche méthodologique rigoureuse de présentation du document, de collecte et de traitement de l'information".

 

 

Cette deuxième partie de l'épreuve comporte une question générale et un document de nature strictement factuelle. Il s'agit principalement d'un document statistique (graphique ou tableau) de 120 données chiffrées au maximum ; il peut aussi s'agir d'un document texte, de 2 500 signes au maximum, à condition qu'il soit lui aussi strictement factuel (extrait d'entretien, monographie, récit de vie, compte rendu d'enquêtes, etc.).

 

La question doit amener le candidat à commenter et analyser le document de façon méthodique afin de le présenter, de mettre en évidence les informations qu'il apporte et ses éventuelles limites.

 

 

Comment répondre?

La présentation impose de présenter le document dans ses sources, les unités utilisées, la période, le sujet (de quoi cela parle-t-il), les variables utilisées (comment le document aborde le sujet?). 

L’analyse impose de faire une lecture des données statistiques pertinentes (CAD celles qui permettent de répondre au mieux à la question) Il faut autant que possible illustrer (utiliser les données) dans le cadre d’une réflexion argumentée et donc logique. On n’est pas obligé de présenter toutes les données ni dans l’ordre d’apparition du document. Il faut se réapproprier les données. 

Il n'est par contre pas demandé d'élaborer un plan, ce qui n'interdit pas d'avoir un raisonnement construit et de présenter les données dans un ordre réfléchi.

 

 

Troisième partie : Raisonnement s'appuyant sur un dossier documentaire.

/10 POINTS

 

"il est demandé au candidat de traiter le sujet :

- en développant un raisonnement ;

- en exploitant les documents du dossier ;

- en faisant appel à ses connaissances personnelles ;

- en composant une introduction, un développement, une conclusion.

 

II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Les « objectifs de l'épreuve » figureront en introduction du sujet distribué aux candidats".

 

Le libellé du sujet invite le candidat à développer un raisonnement, à rassembler et mettre en ordre des informations pertinentes issues du dossier documentaire et de ses connaissances personnelles. Le dossier documentaire mis à la disposition du candidat ne doit ni borner son horizon (en le détournant du recours à ses propres connaissances), ni lui servir de prétexte à une paraphrase ou à un commentaire systématique et détaillé. Il comporte 2 ou 3 documents de nature différente (textes, graphiques, tableaux statistiques, schémas, etc.). Chaque texte ne devra pas dépasser 2 500 signes et chaque document statistique comporter plus de 120 données chiffrées.

 

Le sujet portera sur un contenu figurant explicitement dans les indications complémentaires du programme et son énoncé utilise les notions des titres des thèmes et des deux premières colonnes du programme, ainsi que celles des acquis de première figurant en troisième colonne de ce même programme de terminale. Le libellé du sujet ne suggère ni plan-type ni réponse sous forme de débat ou d'opposition. Le dossier doit fournir au candidat des informations, factuelles ou non, pertinentes pour étayer son raisonnement. Comme dans le dossier accompagnant la dissertation, on privilégiera, dans la mesure du possible, les sources statistiques en provenance des organismes de collecte et de traitement des données reconnus (Insee, Ined, OCDE, OMC, FMI, etc.). Les notions des documents ne figurant pas dans les titres des thèmes et dans les deux premières colonnes du programme (ainsi que dans les acquis de première figurant en troisième colonne) devront être explicitées par une note.

 

 

Comment répondre?

Le RSDD nest pas une "mini" dissertation car :

  • L'introduction n'a pas besoin d'être problématisée CAD pas besoin de poser des questions guidant la réflexion et de poser l'intérêt théorique du sujet et ses enjeux. Il suffit d'une entrée en matière (une phrase qui amène le thème, le sujet, d'une définition des termes et de l'annonce de la démarche CAD du plan). 

  • Les « parties » ("séquences argumentatitives") n'ont pas besoin d'être équilibrées.

  • Rien n'empêche d'avoir plus de 2 "parties" mais 3 maximum reste une limite pertinente. On peut même développer son argumentation en une seule partie, rien n'est interdit. Le degré de liberté est bien plus grand que pour une dissertation. 

  • On n'annonce pas les sous-"parties" en début de chaque partie du développement.

Toutefois il est vivement conseillé :

  • D'annoncer les parties ("séquences argumentatives") en fin d'introduction pour éviter une présentation successive des documents sans lien avec le sujet, ce qui est le pire à faire. Une réponse ordonnée impose toujours un plan, peu importe comment on l'appelle.

  • De cadrer le sujet en début d'introduction

Et nécessaire :

  • De ne pas oublier la structuration d'ensemble : INTRO-DEVELOPPEMENT-CONCLUSION. 

 

 

 

 Des sujets corrigés classés par thèmes sur ce site : http://eco-mouv.e-monsite.com/pages/sujets-et-problematiques/

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×