Accueil

 

Ce site a été conçu à l'origine pour mes élèves de Terminale. Si les thèmes abordés sont essentiellement ceux concernés pour le baccalauréat, ils embrassent toutes les dimensions des sciences sociales, au delà du lycée.  

 

Note du concepteur, Daniel Longuépée, professeur de Sciences économiques et sociales.

Correction du type-BAC en sciences politiques

Sujet A. Vous comparerez les modes de scrutin et leurs effets sur la compétition politique en démocratie.

Les enjeux :

Montrer que parler de régime démocratique est trop général et que la vie démocratique implique une réflexion sur le mode de scrutin (comment les dirigeants sont-ils élus ? Comment les peuples sont-ils représentés ? Quelles sont les relations entre partis ?)

Rappeler sur mode de scrutin = type de scrutin (uninominal, de listes) + mode d’attribution des sièges (scrutin proportionnel, majoritaire, mixte).

Rappeler cette phrase de M. Rocard, ancien premier ministre : « Le système majoritaire est trop brutal, le système proportionnel est trop dangereux ». En effet un système majoritaire écarte les petits partis alors que le système proportionnel rend le pays potentiellement ingouvernable => exemple de l’Allemagne actuellement où A. Merkel n’a toujours pas pu constituer de gouvernement de coalition !

Existe-t-il un mode d’attribution des sièges qui soit efficace ? Les modes de scrutins n’ont-ils d’influence que sur la formation de l’exécutif, qu’il soit national ou plus local ?

Les documents :

Le DOC 1 rappelle le débat abordé en cours entre proportionnalistes et majoritaires, CAD entre représentativité des élus et gouvernabilité. Par ailleurs les relations entre partis ne sont pas les mêmes selon le scrutin. Cela est très important quand c’est l’élection des députés qui est en jeu. Rappelons que dans les systèmes parlementaires, le gouvernement est responsable devant la chambre des députés. L’absence de majorité stable entraîne uns instabilité gouvernementale, cf. situation que traverse l’Allemagne en ce moment.    

Le DOC 2 évoque un type particulier de scrutin, la proportionnelle puisqu’il s’agit de l’élection européenne. Il fallait donc montrer que ce type d’élection paraît plus juste car les partis faisant un nombre suffisant de voix sont représentés, en particulier le FN. Le même parti dans une élection à scrutin majoritaire à 2 tours avec des suffrages exprimés comparables n’obtient que 7 députés (législatives) ! D’où la volonté affirmé du président Macron d’instaurer une dose de proportionnelle pour les élections législatives.  

Plan possible :

1/ Les effets du scrutin majoritaire.

Avantage = Plus facile d’avoir une majorité stable, Inconvénient = Partis important sous-représentés, ex. FN à l’AN en France.

Les partis peuvent s’allier pour écarter un autre parti, ex. Front républicain en France contre le Front national.  

2/ Les effets du scrutin proportionnel.

Avantage = bonne représentation du peuple, Inconvénient = risque de coalitions instables (absence de majorité stable) où petits partis peuvent se retrouver en position d’arbitrage.

Qui dit coalition dit « compromissions » pour pouvoir gouverner ce qui risque de déplaire aux électeurs des 2 ou 3 partis concernés par la coalition. Donc les idées seront mal représentées. Ex. A. Merkel a du accepter le salaire minimum lors de la précédente coalition alors que son parti y était hostile.  

 

SUJET B. Comment les nouvelles figures de la démocratie améliorent-elles le fonctionnement du système politique démocratique ?

Intro : Mettre en évidence le système représentatif et ses limites => pas de mandat impératif, sous-représentation de certaines catégories (et pas uniquement les femmes !), abstention.

D'où la volonté de mettre en place un démocratie davantage participative (impliquer le citoyen dans la prise de décision essentiellement municipale) et délibérative (faire du débat argumenté le centre de l'activité démocratique). Cela passe notamment par la mise en place de budgets participatifs (1) ou du tirage au sort (2) pour une meilleure implication des citoyens (3).

Plan possible :

1. Des méthodes nouvelles et adaptées ...

* Les budget participatifs

Elément clef de la démocratie participative : les citoyens participent à l'élaboration des projets et disposent d'une partie du budget de la commune.

* Le tirage au sort

Elément clef de la démocratie athénienne, renforce la démocratie participative.

+ Exemples vus en cours.

2... Pour une meilleure implication des citoyens.

Il est évident que les formpes alternatives de démocratie, délibérative et participative, redonnent du souffle à la démocratie. Les citoyens sont vraiment responsabilisés. Ils se rendent compte aussi de la difficulté de la vie des représentants, ce qui ne peut que renforcer la confiance et le lien entre les élus et les administrés.

+ DOC.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×