Election et représentation

Analysez la représentation nationale en France

  

DOC1. Composition théorique de l'Assemblée nationale, si le mode de scrutin avait était proportionnel.

DOC2. Participation des femmes à la vie politique française.

 

Analyser = Décrire + Expliquer

 

Notions et enjeux vus en cours à exploiter :

 

DOC

Idée principale

Illustration

Connaissances

1

Si le scrutin pour les législatives était à la proportionnel en France la composition de l’Assemblée nationale aurait été tout autre

- Le FN aurait 82 députés au lieu de 2 actuellement.

- Aucun parti d’importance n’aurait la majorité absolue.

 

- La proportionnel est un mode d’attribution des sièges particulier à côté du mode majoritaire et mixte.

 

- Débat autour du mode de scrutin optimal : Attribution à la proportionnel des sièges mais risque d’ingouvernabilité (cf. précisément à la composition théorique de l’A. N. française) contre mode majoritaire mais au détriment de la représentation des partis minoritaires.

 

- Ce qui renvoie à la culture politique au sein de chaque pays : culture du compromis, du dialogue et à l’interaction avec le mode particulier de scrutin.

 

2

Les femmes restent largement sous-représentées

Il n’y a que 22% de sénatrices et – de 15% de femmes maires.

 

- Même si le nombre de femmes députées a augmenté lors des dernières élections (DOC. Qui date de 2011 donc avant 2012), il reste < à 30% (26,9 exactement) !

 

- Malgré la loi sur la parité les femmes restent sous-représentées, indiquant que les stéréotypes sociaux à l’œuvre dès la Révolution Française, sont toujours bien ancrés, avec leur rôle de renforcement des comportements (masculins et féminins). Les femmes sont victimes d'une division verticale du travail.

 

- Même lorsqu'elles sont présentes dans les corps élus, comme l'AN, les femmes restent victimes d'une division horizontale du travail : on leur confie les postes ou les missions les moins prestigieuses.

 

- La parité comme exemple de discrimination positive n’a toutefois pas que des avantages en contredisant notamment l’idéal d’égalité républicain et alimentant la suspicion vis-à-vis de la réussite de ceux et celles qui ont bénéficié des faveurs de la loi.

 

- La sous-représentation des femmes ouvre plus largement la question de l’ensemble des sous-représentation : par âge et par catégorie socio-professionnelle : sous-représenatiton des jeunes, des employés et ouvriers / surreprésentation des hauts fonctionnaires et enseignants.

 

 

 

L’analyse du mode d’attribution des sièges et de la sous- / surreprésentation pose la question de la fonction de représentation. En effet, les femmes ne doivent pas défendre « les » femmes mais l’intérêt général, de même pour les jeunes ou l’ensemble des catégories. L’enjeu de fond est le suivant : Dans quelle mesure la sous-représentation des uns et la surreprésentation des autres nuit-elle à l’expression de la volonté générale ?

 

 

Une introduction possible : Comme la plupart des démocraties existantes de nos jours, la France est une démocratie représentative. Cela signifie que les citoyens élisent des représentants dans le cadre de mandats constitutionnellement non « impératif » (Art. 27 de la Constitution). Toutefois le suffrage universel qui en découle est-il suffisant pour la représentation de l'ensemble des citoyens? Ne dit-on pas souvent que le mode de scrutin a une influence décisive sur la représentation nationale? Aussi nous évoquerons d'abord le mode d'élection des députés qui privilégie la gouvernabilité au détriment de la représentativité. Puis nous verrons que toutes les catégories de la population ne sont pas représentées de manière équitable dans les différents corps élus.

 

I/Le mode d'attribution des sièges, entre gouvernabilité et représentativité.

 

A) Les députés sont élus selon le srutin majoritaire uninominal à 2 tours, avec possibilité de triangulaire pour les candidats ayant obtenus au moins 12,5 % des suffrages. Changer pour un scrutin proportionnel modifierait considérablement la donne et favoriserait les petit partis (DOC1). La proportionnelle ne serait-elle aslors pasz plus juste?

 

B) En fait il faut arbitrer entre proportionnelle et risque d'ingouvernabilité et srutin majoritaire mais risque de ne pas faire apparaître tous les partis, ex. 2 députés FN au lieu de plus de 80 théoriquement avec la proportionnelle. Dans ce dernier cas aucune majorité stable ne se dessinerait. C'est toute la culture politique française qu'il faudrait changer dans le style de ce qui se passe outre-Rhin. Ce sont souvent des coalitions qui gouvernent en Allemagne. Remarquons au passage que le srutin uninominal majoritaire à 1 seul tour n'a pas empêché le parti démocrate-libéral en Angleterre de rafler juste assez de sièges pour arbitrer la scène politique (Alliance avec les conservateurs emmenés par D. Cameron). UN système mixte ne serait-il optimal alors combinant un peu de proportionnel dans un cadre majoritaire?

 

II – Les inégalités dans la representation.

 

Quelque soit le mode de scrutin il existe une autre forme d'injustice concernant la représentativité de certaines catégories, à commencer par le femmes.

 

A) Les femmes sont en effet largement sous-représentées. DOC2.

Origine : stéréotypes, division verticale du travail.

Pour autant la loi sur la partié n'a rien modifié : les femmes restent sous-représentées et victimes d'une division horizontale du travail. Par ailleurs la partié rompt avec l'idéal républicain et déplace le problème plus qu'il ne le résoud.

 

B) Les femmes ne sont pas les seules à être victimes des inégalités. Les jeunes et certaines catégories de la population. Faudrait-il mettre en place des quotas de jeunes, d'ouvriers, etc. à l'Assemblée nationale par exemple. Mais n'est-ce pas alors préjuger de la capacité des élus en place à représenter l'ensemble des citoyens et l'intérêt général? Après tout on ne demande pas à un jeune député de fédnre spécifiquement les « jeunes » dans la société!

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site