Correction du DM3 de Terminale

Document 1. Dépenses privées et publiques en recherche et développement (en % du PIB) et PIB par habitant (en dollars courants), selon la Banque Mondiale en 2015

1) Tracer le nuage de points représentatifs des données du tableau avec les dépenses de R-D en abscisses et le PIB/habitant en ordonnées, avec 2 courbes/droites pour les 2 années. Quelle conclusion en tirer  ?

On voit que la corrélation entre les dépenses de R-D et le PIB/ht s'est distendue au cours du temps. Clairement positive en 1996, elle est beaucoup plus vague, voire inexistante en 2012. Peut-être cela traduit-il le fait que les dépenses de R-D sont soumises à la loi de productivité marginale décroissante. Chaque euro investi dans la R-D conduit à de moins en moins d'innovations (vu en cours).

2) Utiliser les données pertinentes pour illustrer.

Alors que les dépenses privées et publiques en recherche et développement rapportées au _PIB_ ont plus que ___triplé _ entre 1996 et 2012 en Chine, le PIB par habitant a été multiplié par presque _9_. Alors que de telles dépenses ont gagné ___0.76 points__ à Singapour, le PIB par habitant a augmenté d'un peu plus de _28000 dollars_ .

Document 2. Dépenses interieures de recherche et développement (DIRD) en 2010 (en pourcentage du PIB), selon l'OCDE en 2012.

1) Pourquoi parle-t-on de dépenses «  intérieures  »  ? Car elles concernent les unités de production résidentes, c’est-à-dire qui exercent une activité depuis au moins un an sur le territoire, quelque soit leur nationalité. Celà renvoie au «  I  » de P-I-B.

2) Les __entreprises____ dépensent plus que les __Etats__ en matière de R-D.

3) En France les dépenses des __administrations__ représentent 1/3 des dépenses totales de R-D et les ___entreprises privées_ les 2/3.

4) En Finlande, les entreprises consacrent 2,70 % du PIB à la R-D, soit presque 3 fois plus que _les administrations_.

5) En finançant la recherche _fondamentale_, notamment à travers le CNRS -Centre National de la Recherche Scientifique-les pouvoirs publics favorisent les découvertes les _moins_ rentables que les entreprises privées ne veulent pas prendre en charge et qui serviront à toute la collectivité. Ce point est particulièrement important car la recherche fondamentale aboutit à des résultats très généraux et peu ou pas exploitables immédiatement. Par contre ce sont des découvertes qui nourrissent le progrès scientifiques et permettent à un moment donné de réelles inventions  ; Il ne faut pas oublier non plus que les recherches scientifiques prennent parfois beaucoup de temps (protocoles, expérimentations, publication d'articles, de vérifications, …). Par exemple les travaux des derniers prix Nobel de Médecine 2017 concernant l'horloge biologique se sont étalés sur 30 ans environ. Quelle entreprise privée investirait sur une telle distance  ?

Gardez aussi à l'esprit la stratégie européenne dite de Lisbonne  (de 2000) qui visait à  faire de lnion europnne ォ  lonomie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d'ici à 2010, capable d’une croissance onomique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale  » en consacrant notamment 3% du PIB communautaire �la R-D. Mais cette stratie a hou� Aussi La stratie ォ  Europe 2020  reprendre le me objectif ambitieux des 3%. Affaire �suivre ...

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×